je cherche un amant pour une aide financière

Je ne sais pas quoi faire, quoi penser, comment cette situation peut évoluer?
On passe pratiquement 3 heures par jour au téléphone.
Pour le moment, ma solution, c'est primo : de repérer les hommes mariés avec qui on ne parle pas d'amour, ni d'avenir.
Dès son départ, j'appelais une copine qui sortait beaucoup. .Alors qu'elles cherchaient à se rassurer, certaines rencontrent ce qu'elles n'ont jamais connu : «On a fait l'amour une fois et ça m'a transformée.» Même croyant avoir choisi un homme dont elles n'ont rien à faire, beaucoup sont stupéfaites.B: Un homme peut avoir une sexualité sans sentiments (ne serait-ce que par son fonctionnement physiologique, plus «réflexe.Sur 3 000 nouveaux adhérents par mois, des hommes et des femmes à qui l'on propose de «ranimer les moments évanouis de découverte, de flirt, et de séduction des rencontres éphémères, sans ambiguïté.Depuis, ma règle c'est de ne jamais passer une nuit entière hors de chez moi.Il y a 2 mois et demi j'ai commencé une relation avec un homme que je savais marié et père de famille, ce qui à la base ne devait être qu'un plan cul s'est transformé en très rencontre agriculteur canada peu de tps en histoire d'amour, et depuis.J'ai des moments de culpabilité terrible.J'ai vécu un vrai chagrin d'amour, seule, car je n'en parle à personne, je ne veux pas installer mon mari dans le rôle du «cocu».Une liaison légère, sans promesse ni espoir de lendemain, peut bien apporter une respiration dans un couple qui s'essouffle, mais comment être sûre que ladite histoire légère va le rester et ne va pas, au contraire, tout emporter dans son sillage?Et d'un autre côté, on s'entend à merveille, on est sur la même longueur d'onde, il y a parfois des connections entre nous vraiment étranges, on est heureux ensemble.Et c'est facile, pour les mêmes raisons : cette retenue est un gage de durée.




Sans lui montrer quoique ce soit de mon ressenti, je pense qu'il me prendrait pour une folle.Bien conscientes souvent qu'au fond, leur couple a peu d'espoir de survie.(Rires.) J'avais quitté ma famille à 20 ans, pour un homme brillant dont j'étais folle amoureuse, et que j'avais suivi à l'étranger.La première fois qu'on s'est embrassés, j'ai compris que j'allais me brûler à ce désir, mais on s'est persuadés qu'il n'y aurait que ça : le désir, pas l'amour.Le plus récent est un homme jeune, un peu looser, très beau et amant hors du commun.MC: Dans cette seconde hypothèse, le couple initial est «sauvé du moins remis en question, repensé.Je suis sûre de lui et de ses sentiments.Le jour où je l'ai admis, j'ai dû reconnaître aussi que ce que j'éprouvais pour mon mari n'était plus du même ordre.Une insatisfaction rôde mais on ne va pas la laisser, impassible, accomplir son travail de sape.La remise en question est personnelle,?et les problèmes ne tardent pas à réapparaître.?En fait, ce couple en difficulté n'en a pas parlé.Rencontres adultères : "femme dans les bras de mon amant, mère et épouse à la maison".
Comme si l'on pouvait se protéger de l'amour.


[L_RANDNUM-10-999]